• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La proie aime les barrières

La proie aime les barrières

Contrairement à une idée reçue, la compétition ne serait pas une bonne nouvelle pour l’espèce humaine, serait porteuse de souffrances, générant un nationalisme de mauvais aloi.

Mais cette réflexion sur la compétition n’est qu’un des sujets sur lesquels Etienne Chouard, l’enseignant blogueur, s’est exprimé ouvrant ainsi de nouvelles réflexions pour une autre humanité.

À quelques heures du bac de philo, voilà des sujets qui auraient sûrement bien inspiré les futurs bacheliers...

« La proie aime les barrières » affirme Étienne Chouard... il dénonce un angélisme basé sur l’idée que la Terre n’aurait pas de frontières, et que nous serions avant tout des « citoyens du monde »...sauf que, affirme-t-il : « pour pouvoir être accueillant, j’ai besoin d’avoir un « chez moi » (...) il faut que je me sente bien, il faut que je n’aie pas peur de toi (...) le prédateur n’aime pas la frontière, n’aime pas la clôture. La proie aime bien la clôture... et ce sont des prédateurs qui écrive la doxa, la propagande, mondialiste, anti-frontière, anti nation, des forts du moment qui veulent que règne la « loi du plus fort »(...) On nous rebat les oreilles avec la compétition.... les jeux olympiques sont une saloperie de ce point de vue. Ils développent chez nous une habitude de la compétition, avec un qui gagne et tous les autres qui pleurent ! C’est idiot ! Nous pourrions jouer autrement, en collaborant... nous pourrions trouver notre plaisir non pas à gagner et à voir les autres pleurer, alors qu’on est le seul à rire, on pourrait jouir de la collaboration, de l’entraide, et aurait gagné celui qui aurait le plus aidé les autres.

Il rappelle la pratique de ces sociétés primitives dont les règles sur le jeu sont autres : « tant qu’on n’est pas à égalité, il faut continuer à jouer, jusqu’à ce qu’on soit à égalité ».

 (...) il s’agit d’une éducation qui cesse de nous apprendre à nous opposer les uns aux autres. L’espèce humaine a probablement survécu que parce qu’elle s’est entraidé ».

Le blogueur s’exprime aussi sur l’argent...

 (« Ceux qui fabriquent la monnaie ont intérêt à ce qu’elle soit rare ») et il fait un parallèle entre le sang et la monnaie : « la monnaie sert à échanger, le sang aussi... nous avons besoin de sang, nous avons besoin de monnaie... et nous avons besoin d’une quantité adéquate de monnaie, tout comme nous avons besoin d’une quantité adéquate de sang. (...) or ce qui détermine la quantité de monnaie dans notre pays est complètement idiot. La monnaie est crée par les crédits. Au moment où vous empruntez, vous créez de la monnaie. (...) Quand la période est à l’optimisme, tout va bien, on croit à l’avenir, les produits sont de moins en moins chers, on est bien payés, on va avoir tendance à emprunter beaucoup. En période de pessimisme, on n’a plus confiance en l’avenir, on a plus envie d’emprunter, les banquiers n’ont plus envie de prêter, (...) pourtant il faut toujours rembourser les crédits, la baignoire se vide toujours à vitesse régulière, mais elle ne se remplit plus. La masse monétaire diminue, et arrive le chômage.

Si aujourd’hui tout le monde remboursait ses dettes, il n’y aurait plus d’argent... et pourtant on aurait encore besoin d’argent. (...) on a donné la responsabilité de créer de l’argent à des acteurs qui ont un intérêt personnel puissant à ce que cet argent soit rare ».

Et il enchaîne sur l’Union Européenne  :

« Nous sommes dans un piège... Cette Union Européenne a été crée, voulue, défendue mordicus, financée par des banquiers, les institutions européennes sont anti sociales et elles sont faites pour fabriquer du chômage. La seule mission de la banque centrale, c’est de protéger la monnaie, fusse au prix d’un chômage de masse (...) qui arrange bien les riches qui l’ont voulu. (...) quand ils luttent contre l’inflation, ça se paye en chômage. (...) ils veulent du chômage parce que ça va être intimidant pour les salariés, ça va permettre de payer des bas salaires, et des bas salaires ce sont des hauts profits pour eux. (...) ceux qui dépensent l’argent créé, ce ne sont pas les riches, ce sont les pauvres. (...) le pauvre par définition ne satisfait pas tout ses besoins. »

Le scandale Carlos Ghosn, qui vient d’éclater, grâce aux révélations du « Canard Enchaîné », en est la parfaite démonstration.

Sur l’air de « j’en veux toujours plus », le dirigeant Renault/Nissan aurait mis au point un montage qui a permis discrètement de récupérer 25 millions de bonus supplémentaires pour lui-même et 6 autres grands actionnaires.

Le montage de l’opération est simple : une société de service, détenue par une fondation de droit néerlandaise reçoit 8% du montant des synergies additionnelles dégagées par ces entreprises, et un tiers de ces fonds sont reversés à 6 actionnaires, dont Carlos Ghosn, évidemment. lien

Mais revenons à la réflexion d’Étienne Chouard.

Il s’interroge sur l’inflation.

« Ça veut dire, une augmentation de quantité. (...) si vous augmentez la quantité de monnaie, avec en face une augmentation de la quantité des biens, il n’y a pas d’inflation, car pas de rareté. Si par contre vous créez beaucoup d’argent, mais sans les biens, vous créez de la rareté, et vous faites monter les prix. (...) la réserve fédérale crée en ce moment un milliard et demi de dollars par jour, et pourtant il n’y a pas d’inflation, parce que ce n’est pas à nous que l’on donne ces milliers de milliards.

Par contre regardez ce qui ce passe du coté des riches, du coté des marchés financiers, ces marchés qui devraient s’effondrer parce que ce sont des crapules, qui ont triché, qui devraient être en faillite, et pourtant la bourse ne s’effondre pas parce que les milliers de milliards vous les mettez dans ce monde de riches où vous poussez les prix à la hausse, vous injectez du pouvoir d’achat, avec notre argent à nous, cet argent qui est si précieux, qui devrait garder de la valeur, vous êtes en train de l’injecter dans les marchés financiers afin de maintenir en respiration artificielle des cours de bourse qui devraient s’effondrer. (...) imaginez que vous ayez beaucoup d’argent, que vous puissiez acheter sans limite, vous achetez 2 millions la villa sur la Cote d’Azur qui en vaut 1... et en faisant monter les prix, vous validez le pari que faisait l’acheteur, en disant ça va continuer à monter, ce sont des prophéties auto-réalisatrices... ils alimentent une bulle avec de l’argent facile. Quand elle s’effondrera, elle ne ruinera pas les acteurs qui ont triché, parce qu’ils vont se retirer, toujours à temps, grâce aux mécanismes de délits d’initiés.

La Grèce s’est fait endetter comme les autres, elle est la première à sombrer, mais ne traitez pas la Grèce comme un cas particulier... la Grèce, c’est la France ! Nous sommes tous grecs ! Et je vous prédis la suite, parce que ce n’est pas fini, nous sommes en train de régresser. (...) quand nous serons à poil, ce sera trop tard, malgré tout ce que nos parents ont mis en place pour que nous puissions nous défendre »

On retrouve là, la métaphore de la grenouille dans la marmite : elle sent la température s’élever, et elle éprouve du plaisir, puis la température continuant de s’élever, elle n’aura plus la force de sortir de l’eau, et finira par périr, complètement cuite....

« quand ce sont les mêmes personnes qui vous ont endetté jusqu’au dernier degré qui poussent des cris d’orfraie pour prétendre que l’urgence est au désendettement, et si vous n’êtes pas complètement idiots, vous allez faire le lien entre le gars qui vous a endetté, et le gars qui est en train de vous dire, maintenant il faut se désendetter (...) il m’a endetté en baissant les impôts des riches, et il essaye de me faire croire qu’il va me désendetter en augmentant les impôts des pauvres. (...) Le bout de la logique du capitalisme, c’est Dachau, Auschwitz, c’est le camp de concentration, elle va jusqu’au bout de sa logique du profit, si vous ne lui résistez pas, elle finira par vous faire travailler pour rien, et quand vous serez morts, c’est pas grave, il y a d’autres fourmis qui arrivent derrière par trains »..

Il fait donc un parallèle osé entre les entreprises, et les camps de concentration : « quelqu’un qui sortirait d’un camp de concentration, et qui verrait la vie des entreprises, il penserait, c’est la même logique, c’est le même mépris humain, c’est la même mécanique qui tue, et qui asservit ». lien

En effet, en Allemagne, (et bientôt probablement bientôt chez nous), le gouvernement, avec les lois socio-libérales Hartz a fait passer le chômeur de la case chômage à la case misère, obligé qu’il est d’accepter des travaux parfois incompatibles avec sa formation, et pour des prix défiant toute concurrence...

1,4 million d’allemands ont accepté un salaire de moins de 5 € l’heure. lien

Les français vont-ils accepter ça ? Nous seront bientôt fixés, mais apparemment, ils ne sont pas nombreux à voir ça d’un bon œil...

Comme dit mon vieil ami africain : « qui mendie en silence meurt de faim en silence ».

L’image illustrant l’article vient twitter.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Ces banques qui mènent la danse

Salauds de pauvres

Comment choisir le bon président

rose promise, chom du

Méritons-nous ces hommes politiques ?

Voulez-vous Vallser Macron

Faut arrêter les khomri

T’as pas mille balles ?

La France avance avec une canne

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

Le changement, c’est pas tout de suite

Un président tétanisé

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

J’aime pas les riches

Faire sauter la banque


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


    • Taverne Taverne 15 juin 11:27

      J’ai raté le carton plein au test « seriez-vous capable de réussir la philo au bac ? (quizz) à cause d’une question sur Marx : en effet, le travail, pour Karl Marx est un devoir social libérateur ! Vous le saviez, vous ?

      Donc finalement »Arbeit macht frei" c’est marxiste ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 13:13

        @Taverne
        bah, Marx lui même a pu se tromper.

        il en va de même de nombreux « sauveurs de l’humanité »
         smiley

      • Sozenz 15 juin 14:20

        @Taverne
        A une simple phrase , on peut lui attribuer plusieurs interprétations.
        Pour comprendre la pensée d une personne , il faut comprendre son fonctionnement complet . et aller jusqu’à chercher dans les contradictions qui peuvent se tenir entre elles . car oui une Pensée peut comporter des « contradictions » pour faire jour sur des nuances qui ne peuvent pas toujours apparaitre dans une phrase .. 


      • Taverne Taverne 15 juin 14:42

        @Sozenz

        Mais j’ai une excellente vue, cher monsieur. D’ailleurs je lis bien le titre « la lamproie aime les garde-barrières ». Non, mais !

        Je ne suis pas un expert en marxisme car c’est pour moi trop matérialiste et c’est plus proche de l’économie que de la métaphysique. Mais il a dit cela. Vous savez quoi ? Je ne serais pas loin de penser que ce sont nous cousins les Germains qui ont inventé la valeur travail. Malgré les efforts louables des populations du Sud qui auraient souhaité promouvoir le farniente (siestes crapuleuses incluses). Les Allemands ne penseraient qu’au travail !


      • Sozenz 16 juin 14:45

        @Taverne


        deja ce n est pas monsieur . mais ce n est qu un petit detail .

        Je ne suis pas un expert en marxisme car c’est pour moi trop matérialiste
        c est dommage ne pas faire le lien en materiel et "spirituel. c est ce qu on appelle faire la croix la vision horizontale ( materiel ) et verticale (spirituel)
        Peut etre un jour ...


      • Jao Aliber 16 juin 17:42

        @Taverne
        « Le «  travail » est la base vivante de la propriété privée, la propriété privée étant sa propre source créatrice. La propriété privée n’est rien d’autre que le travail matérialisé. Si l’on veut lui porter un coup fatal, il faut attaquer la propriété privée non seulement comme état objectif  ; il faut l’attaquer comme activité, comme travail. Parler de travail libre, humain, social, de travail sans propriété privée, est une des plus grandes méprises qui soient. Le « travail » est par nature l’activité asservie, inhumaine, antisociale, déterminée par la propriété privée et créatrice de la propriété privée. Par conséquent, l’abolition de la propriété privée ne devient une réalité que si on la conçoit

        comme abolition du « travail » »(Karl Marx F.List et la bourgeoisie allemande p.8/15 1845)

      • foufouille foufouille 15 juin 11:39

        "la compétition ne serait pas une bonne nouvelle pour l’espèce humaine, serait porteuse de souffrances, générant un nationalisme de mauvais aloi."

        et ça marche comment quand ce sont des libértaryen ?
        ils se transforme en nationalistes ?


        • foufouille foufouille 15 juin 11:40

          sinon pour les hartzis, ce sont des boulots à 1€/h.


          • jocelyne 15 juin 11:48

            @foufouille
            1 ros par heure en plus des prestations sociales ( logement entre autre)


          • foufouille foufouille 15 juin 12:19

            @jocelyne
            1 à 2.5€ pour 15 à 30h max par semainei.
            avec une formation dans certains cas où l’employeur est honnête.


            • Fergus Fergus 15 juin 12:03

              Bonjour, Olivier

              Le problème est que la compétition est inhérente à l’Homme. Il suffit à cet égard d’observer des bébés dans une crèche pour s’en convaincre. Et quelques années plus tard, à l’école élémentaire, les gamins sont toujours en quête de classement pout tout ce qui touche à leurs activités de loisirs, entre l’équipe qui gagne le matche de foot dans la cours d’école, ou celui qui bat le record de durée des autres avec son handspinner ! 

              De même l’égalité est un leurre dans la mesure où tous les individus ne disposent pas des mêmes capacités physiques ou intellectuelles, ni bien sûr des mêmes qualités en termes de détermination dans l’action.

              Cela dit, c’est quand même vers des règles d’équité que l’on doit tendre, sinon en éliminant toute forme de concurrence ou de compétition - un challenge impossible ! -, du moins en tentant d’en atténuer les effets. Cela devrait être l’objectif prioritaire d’une société civilisée. Or, tout notre système éducatif, politique et médiatique tend à promouvoir le contraire, et c’est une calamité !


              • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 13:19

                @Fergus
                oui, c’est vrai...

                mais ne faut -il pas creuser un peu plus ?
                celui qui a de réelles possibilités physiques dans le domaine du sport peut il se mesurer avec un autre qui aurait des compétences ailleurs ?
                en fin de compte ne pourraient-il être égaux ?
                et j’ajoute... complémentaires...
                donc solidaires...
                j’aime bien l’idée développée par Étienne Chouard.
                il insiste sur le fait que sans la solidarité, l’espèce humaine n’aurait peut etre pas survécu... chacun apportant ses compétences...
                non ?

              • Sozenz 15 juin 14:36

                @Fergus
                la compétition entre bebés c est à celui qui s enfilera le plus de biberons ? ou qui restera le plus longtemps au sein de leur mère ?
                Apres pour la competition entre les enfants , il faudrait voir si c est lié à la motivation que leur donne les adultes a être le meilleur .
                il y a plein de gamins qui se fichent éperdument d etre les meilleurs , ils veulent juste avoir la paix ou simplement s amuser . etc ...
                la compétition est un moteur pour certains , un calvaire pour d autres qui seraient beaucoup plus créatifs et imaginatifs s il n y avait pas de pression .
                nous ne pouvons donc pas mettre tout le monde sous le meme moteur .
                Normalement , les choses se font naturellement . chacun prend sa place , et chaque caractéristique peut etre un atout pour l ensemble .

                Nous disons la meme chose , mais nous ne l appréhendons pas de la même façon ...


              • oncle archibald 15 juin 15:08

                @olivier cabanel : « sans la solidarité, l’espèce humaine n’aurait peut etre pas survécu... chacun apportant ses compétences... »

                Tiens, Olivier Cabanel et Etienne Chouard viennent d’inventer l’eau tiède ! C’est magnifique !


              • Fergus Fergus 15 juin 16:05

                Bonjour, Sozenz

                « la compétition entre bébés c est à celui qui s enfilera le plus de biberons ? »

                Non, mais à celui qui tentera de s’approprier le plus de jouets, parfois en usant de la force.

                « il y a plein de gamins qui se fichent éperdument d’être les meilleurs »

                En effet, mais il y en a également plein qui ont l’esprit de compétition. Et ça commence par celui qui pisse le plus loin ! smiley Blague à part, ancien dirigeant de jeunes footballeurs, j’ai pu constater cette soif de compétition dès l’école de foot avec les plus petits sans qu’ils soient conditionnés dans ce sens.

                « chacun prend sa place , et chaque caractéristique peut etre un atout pour l ensemble »

                En effet, et c’est pourquoi l’approche purement égalitariste n’est pas plus pertinente que l’approche élitiste. En réalité, il ne faudrait ni trop de l’un, ni trop de l’autre. Bref, une société utopique.


              • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 16:45

                @oncle archibald
                n’attribuez pas à César ce qui appartient à Chouard... je trouve la pensée de ce dernier passionnante, mais la formule n’est pas de moi.

                 smiley
                et puis je n’aime pas César.
                 smiley

              • Sozenz 15 juin 17:00

                @Fergus
                Blague à part, ancien dirigeant de jeunes footballeurs, j’ai pu constater cette soif de compétition dès l’école de foot avec les plus petits sans qu’ils soient conditionnés dans ce sens.

                ils le sont quelque part . papa fan de football qui regarde les matchs fait participer petit garçon et lui donne l idée meme d aller faire du foot . franchement il y a tellement de sport quand on voit le nombre de momes au foot , je trouve cela hallucinant .bref ...

                En effet, et c’est pourquoi l’approche purement égalitariste n’est pas plus pertinente que l’approche élitiste. En réalité, il ne faudrait ni trop de l’un, ni trop de l’autre. Bref, une société utopique.
                il n y a pas d egalité entre les personnes , il y a des complementaires . la nature en elle meme est super bien faite . Ce n est pas vouloir une societé utopique que de vouloir ce type de fonctionnement , mais avoir une societé intelligente , efficace et equilibrée . l humain est capable de le faire s il le voulait , ça ne depend que de lui .
                tout le monde sait qu’ il y a des boulot « inutiles » en tout cas pas essentiels , alors pourquoi ne pas réaliser un travil harmonieux entre toutes les personnes . les gens préfèrent se torturer dans un job qu ils n aiment pas et aller au taff comme s il allaient se pendre , alors qu’ils pourraient tous trouver du plaisir ..
                M’enfin ...


              • gogoRat gogoRat 16 juin 10:47

                 Pénible, navrant, néfaste, et inepte cet acharnement banalisé partout à dévoyer le sens des mots !

                 à tel point que toute l’ossature de bien des opinions politiques ou prétendus débats ne tournent en rond qu’autour de stupides contresens.
                 
                 La palme de ces contresens et peut-être bien celui qui s’est construit en France autour du mot ’égalité’.
                 
                 Des gens qui se veulent instruits, voire même souvent ’éveilleurs de consciences’, pour ne pas dire des ’Lumières’, en arrivent à oublier l’origine et le contexte sous-entendus par ce mot lorsqu’on cause de chose publique.
                 
                 Rapprocher cette ’égalité’ de la notion d’équité’ est alors un contre-sens farfelu dont le ponpon est atteint avec l’expression ubuesque (ou abracadabrantesque) de ’égalité des chances’ !
                 
                 Rappel :
                 si la Révolution française nous a fait adopter la devise nationale ’Liberté, Egalité, Fraternité’, c’est suite à l’abolition des distinction officielles de degrés de dignité entre différentes castes de gens, c’est à dire, en gros : Noblesse, Clergé, Tiers-état.
                 

                 Le mot ’égalité’ doit alors faire référence à une égalité en dignité ! L’égalité en dignité n’étant qu’une conséquence logique de cette prise de conscience et/ou exigence citoyenne.
                 

                 La question de l’équité ne doit surtout pas se substituer à celle de cette égalité en dignité : elle doit tout simplement être abordée en conséquence de cette exigence première.
                 
                 ( Nota Bene :
                 ’égalité des chances’ ? - sous ce prétexte, il ne resterait alors qu’à remplacer tout le système administratif et gouvernementtal par une immense loterie : à la naissance tout le monde se verrait équitablement doté d’une chance de se voir attribuer par le sort le titre et les prérogatives du roi , tous les Zautres étant sensés savoir rester avec philosophie à leur place de manants. 
                ça le fait ? ) 


              • confiture 16 juin 11:09

                @gogoRat
                vous avez omis le @fergus


              • gogoRat gogoRat 16 juin 11:16

                 Remplacer l’exigence d’égalité-en-dignité par une équité ou une fumeuse ’égalité-des-chances’ est de plus un lapsus. Cela dévoile une perspective sous-entendue de compétition matérielle où l’on se contente de vouloir que chaque compétiteur commence l’affrontement avec les mêmes armes.
                 Chacun étant ensuite supposé ’gagner’ en fonction de ses ’mérites’ personnels : gagner du pouvoir, , du bien-être plus que les autres, du fric, ... de la respectabilité !
                 Bingo : voilà bien l’objectif, masqué, du ’pouvoir des meilleurs’, c’est à dire un objectif d’aristocratie (racisme de ceux qui se veulent dotés de gènes surclassant ceux des Zautres), en lieu et place de l’idéal d’humilité démocratique !


              • Sozenz 16 juin 19:21

                @gogoRat
                je vous salue pour les deux interventions que vous venez de faire sur l égalité .
                belle analyse !!


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 15 juin 13:19

                  Les possédant testent les limites des non possédants et ils ne s’appuient sur aucune idéologie.

                  Rien que de l’opportunisme : hier c’était le libre échange demain le protectionnisme judicieux, puisque c’est ce que veut la plèbe n’est-ce pas ? La gauche la droite qui fusionnent ? Les hystériques des extrêmes ? La politique basée sur les faits divers ?
                  Cela n’a de sens que si l’on suit l’argent comme disent les amérloques.

                  Hier on a eu un évènement important, un cas de terrorisme de gauche comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. Un nouveau pauvre a tiré dans un tas de sénateurs aux US.
                  NKM s’est pris ses propres tracts à la figure aujourd’hui.

                  Ce qui me surprend c’est que cela ne commence que maintenant alors que cela fait déjà plusieurs années qu’une bonne partie de la classe moyenne (celle qui peut comprendre Chouard) a rejoint les rangs des misérables.

                  Une fois de plus les possédants se croyant malins auront poussé le bouchon un peu loin, une fois de plus ça va mal finir. La majorité qui a élu Macron se croit sauvée alors qu’elle n’a élu que le comptable d’un système fondamentalement vicié. Opportunisme encore...

                  Le talent de Chouard c’est de penser à long terme.


                  • sarcastelle 15 juin 14:01

                    Franchement, l’idée que je puisse être égale à monsieur Cabanel tient-elle debout ? 


                    • oncle archibald 15 juin 15:03

                      @sarcastelle : oui Sarcastelle, n’ayez aucune appréhension, car dans nos sociétés de culture judéo-chrétienne matinée de révolution française et de suffrage universel on a toutes raisons de penser qu’un homme vaut un autre homme, même si c’est une femme (depuis peu).

                      C’est écrit à la fois dans la déclaration des droits de l’Homme et sur le fronton de nos mairies. Nos volontés exprimées lors d’un vote en glissant le bulletin dans l’urne sont « égales », une voix est une voix même si l’un des votants est un barde qui a abusé du chouchen et l’autre un philosophe qui a les yeux bien en face des trous et rêve d’une nouvelle société. C’est à la fois la grandeur et la faiblesse des démocraties, j’y tiens comme à la prunelle de l’œil.

                      Bien sûr il reste quand même quelques légères inégalités. Tout le monde ne peut pas éclairer son alcôve à l’électricité de patate douce, ce qui doit être pourtant bien agréable en certaines circonstances. C’est une injustice à laquelle il faudra penser à remédier.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 16:48

                      @sarcastelle
                      perso, je n’aime pas gagner. seul le jeu m’intéresse.

                      débrouillez vous avec ça.
                       smiley

                    • Orageux / Maxim Orageux 15 juin 16:03

                      La compétition, c’est ce qui nous a fait évoluer en toute chose, de la même façon, on est plusieurs fois dans notre vie obligés de se surpasser pour atteindre un but !

                      La compétition, c’est dans l’ordre naturel des choses et de la nature, vouloir chercher à l’anéantir n’est que de l’utopie !!!

                      Seul le meilleur gagne dans quelque domaine que ce soit !!!

                      L’égalité c’est juste une vaste fumisterie .....

                      Si je dis tous les chiffres sont égaux ...vous répondez quoi ?


                      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 16:47

                        @Orageux
                        mais si le meilleur, celui qui a gagné, se retrouve seul face à la difficulté, il ne pourra s’en sortir sans l’aide de celui qu’il a vaincu.

                         smiley

                      • Sozenz 15 juin 17:10

                        @olivier cabanel
                        orageux confond esprit de compétition et dépassement de soi même ...


                      • Sozenz 15 juin 17:16

                        @Orageux
                        dans la compétition , il y a obligatoirement , un gagnant et un perdant . on peut très bien etre en copetition avec une autre personne , mais cela ne forcera pas la personne a se depasser elle meme selon l effort qu’ elle aura a donné pour vaincre son adversaire .
                        se dépasser soi même est beaucoup plus noble , moins frustrant et plus constructif .
                        se dépasser soi même pour soi même c est aussi prendre le temps qu’il faut pour passer le etapes . c est se trouver ...
                        le dépassement de soi ce n est que du bonheur .. la compétition mal aspecté peut etre extrêmement nuisible .


                      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 17:24

                        @Sozenz
                        je l’espère, mais je n’en suis pas sur !

                         smiley

                      • Orageux / Maxim Orageux 15 juin 18:44

                        @olivier cabanel

                        Il y aura toujours un autre pour relever le défi !!!


                      • arthes arthes 15 juin 18:45

                        @olivier cabanel

                        Toutafait...C est l entraide qui assure la survie d un groupe et pas la competition .






                      • clostra 15 juin 19:29

                        @Orageux
                         Par Jupiter !

                        ça s’attrape ?

                        Je vois d’ici les ouvriers des pyramides se disputer leurs blocs de pierre, leurs architectes s’arracher leurs plans de papyrus ... il semble que de plus l’époque employait un management d’une modernité pas encore atteinte.

                        Ensemble nous ferons de grandes choses utiles pour tous, toutes, celles zé ceux, les gens, les amis des gens,..

                        un zèbre jaune parcourt le ciel de part en part (fin)


                      • Emma Joritaire 15 juin 20:19

                        @Orageux


                        "La compétition, c’est dans l’ordre naturel des choses...+

                        Absolument, et l’essence même de la compétition, chez les mammifères, c’est la lutte des mâles pour la possession des femelles.

                        Yves Coppens explique cela très bien, et sans, à la différence de Chouard, piquer des paragraphes entiers de L’éloge des frontières, de Régis Debray.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juin 21:44

                        @arthes
                        heureux de partager avec toi cette évidence


                      • Emma Joritaire 16 juin 07:01

                        @arthes

                        + C’est l’entraide qui assure ka survie d’un groupe et pas la compétition.+

                        Faux ! Les deux facteurs contribuent à la survie. En confiant aux individus mâles les plus sains, les plus forts, peut-être aussi les plus fins « tacticiens », le mission de perpétuer l’espèce, la nature veille à préserver la qualité biologique optimale des individus à naître


                      • bonalors 16 juin 07:44

                        @Orageux
                        oui c est sur et si je vous dis que dans toute compétition les jeux sont totalement truques au début, alors il faut fixer les règles, que le plus salop, mal honnête et encule gagne et alors j applaudirais vraiment ça victoire car elle lui ai du.
                        Mon seul regret est qu’il y ait encore des règles, de moins en moins heureusement, il faut vraiment que la sélection naturel face office, car finalement ça pourrait faire pas mal de place sur cette planète.
                        On pourrait finalement se débarrasser des retraites car ils ne peuvent plus vraiment se battre, ils sont en position de faiblesse, en commençant par les spolier de tous leur bien et pension bien sur,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès