• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Spartacus

Spartacus

Suivez les commentaires de Spartacus (sur twitter : @lequidampost)
Spartacus est libre, capitaliste et libéral, républicain et fier de l’être.
 
Je défends le libre arbitre, la liberté d'exprimer toutes ses idées même si elles dérangent et même si elles ne sont pas les miennes, l'économie de marché, la concurrence, la mondialisation, le libéralisme, l'échange volontaire, la solidarité volontaire, le droit à la contradiction, le droit contractuel, l'équité.
 
Le système politico-économique le moins mauvais pour l'individu est le capitalisme. C’est un système où les hommes échangent les uns avec les autres sans jamais prendre l’initiative d’user de la force physique contre autrui.
 
La poursuite de son propre intérêt rationnel et de son bonheur en respectant les autres, est plus important que le sacrifice de sa vie pour l’intérêt des collectivistes. Les collectivistes ne sont pas des anges, mais des hommes. Et l'homme n'est pas collectiviste, mais une personne.

La logique de profit du capitalisme équilibre les comptes, rend responsable et favorise le libre arbitre, l'émancipation personnelle, l'éclosion de ses talents et la prise en main de sa destinée sans faire reposer sa responsabilité, ses revenus ou ses réussites et ses échecs sur les autres ou la collectivité comme le fait le socialisme qui encourage la servitude, la frustration, le mimétisme, la jalousie, ou le déni de sa personnalité. 
Et si le libéralisme.....(en vidéo) https://www.youtube.com/watch?v=MxYQb-WmB3g
 

Je me bat contre les exceptions aux règles générales, les corporations, les castes, le favotitisme ; les droits différenciés, l'interventionnisme, le directivisme, l'iniquité, la solidarité forcée par l'état et les groupes de pression.
Philosophie du libéralisme en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Kn23kokvLRo


 
Suivez mes fils de discussion.
Je fais enrager les gauchistes qui ne supportent pas le capitalisme qui les nourrit. Ils le vivent comme une frustration permanente, et c'est très amusant de les voir patauger dans leurs contradictions en attaques ad hominem et postures pseudo-morales faute d'arguments concrets économiques.

 
Retrouvez les anciens articles sur ce lien : http://www.agoravox.fr/auteur/spartacus-61267
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 12/07/2014
  • Modérateur depuis le 05/03/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 27 4336 1973
1 mois 0 155 0
5 jours 0 32 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 416 374 42
1 mois 31 25 6
5 jours 10 9 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Spartacus Spartacus 16 août 14:16

    @Fergus
    l’argent des « cupides patrons » ........ N’est pas le tien ni le mien !

    C’est de l’argent privé et donc pas ton problème.... 
    Personne n’est obligé d’acheter la production et ils ne sont pas en monopole.

    La « solidarité » c’est volontaire.....La solidarité par l’impôt est ce qu’est le viol à l’amour. Forcé !
    L’impôt n’a rien a voir avec la solidarité.
    Et optimiser des ressources c’est pour en disposer et certainement mieux l’utiser qu’en redistribution clientéliste. 

    Par contre celui de la SNCF c’est le notre. Et la solidarité...sic n’a pas a financer une caste.

    Sachant qu’un agent SNCF la part patronale cachée qui finance ses privilèges est de 200% de son salaire net et qu’ils sont des dizaines de milliers actifs et retraités...... 
    Les « petits privilèges » multipliés par le nombre sont bien le pire pour toute notre société.....

    Les « statuts » sont un furoncle d’iniquité et tout sauf de la solidarité. 
    Un concept médiéval qui différencie les droits sociaux des castes et corporations proches de l’état....



  • Spartacus Spartacus 16 août 13:50

    @HELIOS

    Dans ce cas tu fais un emprunt pour payer une TVA non encaissée... 


    Ce qui démontre que le coût de l’impôt n’est pas neutre, et génère un coût.
    Et que le coût est additionné de touts les participants au long de la chaîne se répercute sur le consommateur final.Dans le cas in-finé, le commerce inter entreprise la TVA est neutre puisqu’elle n’est plus à encaisser et décaisser.

    La recette se faisant au dernier maillon.Tout la société a a gagner en modifiant le système de mode de prélèvement en passant in-finé.Le role de l’entreprise n’est pas d’être un percepteur au service de l’état. 

    C’est l’état qui doit être à son service en lui facilitant le développement de ses affaires...

    Colbert demande à un commerçant « que l’état peut faire pour vous aider ? « Laissez-nous faire » est la réponse du marchand. 
    Et bien pour aider le commerce, peut être est de ne pas emmerder toute une chaîne d’entreprises pour encaisser une TVA qui peut être encaissée totalement à la fin.

  • Spartacus Spartacus 16 août 12:12

    @HELIOS
    Pour essayer d’expliquer plus clairement.


    Un entreprise de production paye la TVA à facturation.
    Une entreprise de services paye la TVA à encaissement.

    Facturation en veut pas dire « encaissement ». 
    Lors d’un paiement à 45 jours il y a décaissement de ’argent pas encore reçu.

  • Spartacus Spartacus 16 août 10:17

    @HELIOS


    La charge bureaucratique de la TVA sur l’ensemble des intermédiaires est totalement à la charge du consommateur final et de la compétitivité des entreprises.

    J’ai fait un article qui explique la TVA infiné en 2013....(je crois plus grand public et explicite)
    Et la conclusion est l’inverse.
    Moins de magouilles, créations d’emplois et allègement bureaucratique et que des avantages pour la société...

    Et du point de vue des recettes, je vois pas ce que cela change...

    Le but de l’impôt est de financer les services de l’état, pas d’être à son service ni que l’état emmerde le monde de paperasses et bureaucratie. 

  • Spartacus Spartacus 16 août 09:56

    @Jean Pierre

    Le lien est le premier trouvé suite a une demande. 
    Déjà répondre à un fil sans procès d’intention est un exploit ici.

    La nature est imparfaite et le monde est imparfait.
    Les libéraux n’ont jamais affirmé que l’offre et la demande était parfaite.
    Juste que c’était le plus équitable et le plus juste

    La différence entre le directivisme et le marché libre c’est ce qu’est le viol à l’amour. L’un est forcé, l’autre ne l’est pas.







Palmarès



Agoravox.tv